Dévorer Montréal, une rencontre québéco-australienne

Montréal la gourmande est scrutée sur plusieurs plateformes que se soit dans les guides, les blogues, les chaînes spécialisées et les émissions de cuisine. Dévorer Montréal, livre qui parcourt la ville dans ses différents coins gourmands ne fait pas exception. Cet ouvrage tire son épingle du jeu dans le traitement et la manière plus personnelle d’aborder le sujet. Claire Bouchard éditrice en chef web de Casatv.ca et Chantelle Grady photographe, designer graphique et styliste d’origine australienne sont les deux auteures de cet ouvrage. À l’inverse de la démarche traditionnelle, elles ont présenté un projet terminé aux Éditions de l’homme, qui a accepté (en n’y modifiant presque rien) de le publier.

Entrevue avec Claire Bouchard (Chantelle Grady est repartie en Australie.)

Quelle est le point de départ de ce projet?
Une suite de rencontres ont mené à ce livre, mais celle avec Chantelle a été déterminante. Je l’ai découverte, grâce à un ami qui m’a fait connaître sa publication en ligne A little relish et j’ai adoré. Je suis entrée en contact avec elle et j’ai rencontré une expatriée australienne à la recherche de contrats, mais surtout une fille pleine de talent. Dès notre première rencontre, je lui ai proposé d’écrire un livre! Le point de départ était Montréal, puisqu’elle avait déjà exploré ce thème dans sa publication. J’ai donc sorti mes « coups de cœur » gourmands montréalais, puisque j’y vis depuis plus de 20 ans.

Qu’est-ce qui  différencie votre produit des autres du même genre?
On souhaitait se démarquer autant dans la grille graphique que dans les textes. Le texte occupe toujours une pleine page, et pas seulement un paragraphe. Ça n’est pas une critique, mais nos coups de cœurs. La liste de départ a changé jusqu’à la dernière minute. Nous avons fait la tournée ensemble pour sélectionner les 52 adresses qui sont présentes dans le volume.

Quels étaient les critères?
L’authenticité de la démarche du commerçant et idéalement, sa longévité, même si certains de nos choix sont des établissements plus récents. Il était important de sélectionner des adresses où je prends plaisir à retourner. Le meilleur exemple c’est le petit Alep qui pour moi reste un incontournable. On ne cherche pas la saveur du mois, mais des endroits qui perdurent.

Votre coup de cœur ?
Le petit Alep est mon coup cœur toutes catégories. Dans mes nouveaux, il y a le restaurant japonais Kazu! Je suis prête à faire la file pour y manger.

Dévorer Montréal : restos uniques, cafés sympas et autres adresses d’exception
Les Éditions de l’homme
Parution le 20 mars 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *