François Chartier et Sid Lee, rencontre harmonieuse

Sur la carte de l’un, il est écrit créateur d’harmonies, sur celle de l’autre, socialiste en chef.

chartierLe premier, c’est François Chartier, sommelier, mais pas que cela. L’homme est très connu pour ses guides et chroniques sur le vin, mais aussi pour ses recherches scientifiques sur les molécules aromatiques. Le second, c’est Justin Kingsley, responsable des médias et des relations publiques de l’agence de communication montréalaise Sid Lee, mais pas que cela. C’est aussi l’homme qui raconte l’histoire des gens ou qui, plus trivialement, les transforme en marque. Sous sa houlette, l’équipe de Sid Lee a donné à François Chartier une nouvelle appellation, un logo et un slogan.

Créateur d’harmonie est donc le titre qui figure désormais sous son nom dépouillé de son prénom. Et l’on entrevoit déjà que ce nouveau Chartier, avec sa typo et son logo, fera une jolie étiquette. Un peu rétro, mais pas trop, classique, élégant, polyvalent.

Le site web unique qui regroupe maintenant tous les volets de l’activité professionnelle de François Chartier permet déjà d’appréhender ce recentrage.

Comment s’est passé le processus ayant mené à cette nouvelle image?

Justin Kingsley: La première partie, pour nous, c’est d’établir tous les faits, les bons et les moins bons. À la suite de cette analyse, nous savons si nous pouvons travailler avec cette personne. S’il y a de la substance.

Cela dit, je n’invente pas l’histoire, je la raconte. Et nous avons une méthode : cette histoire doit se structurer en 3, 33 et 333 secondes. Créateur d’harmonies, c’est le 3 secondes.

François Chartier : Depuis un an, il ne se passe pas une semaine sans qu’on se parle. C’est plus qu’un branding, c’est une vision. On sait qui est François Chartier. Et autour de ça, il faut organiser les réseaux sociaux, le site web, le type d’événements auxquels je participe, avec qui je devrais collaborer et comment. Sid Lee n’est pas devenu mon agent pour autant, mais des gestionnaires de marque. C’est comme ça que je sens la relation.

JK: Ça n’est pas seulement de savoir quand tu dis oui, mais quand tu dis non! C’est un focus pour François et pour les gens. Pour qu’ils sachent à quoi s’attendre de ce contact.

Le branding, oui, mais c’est surtout d’établir une porte d’entrée unique entre le public et lui. Que ce public soit un scientifique, un foodie ou un amateur de vin. C’est de trouver la bonne façon de raconter l’histoire, selon le média et le point de contact avec elle. Que ce soit par un sac de croustilles ou lors d’un atelier d’une heure avec Chartier.

François Chartier vient d’annoncer la sortie, au début d’octobre, d’une gamme de vins de France et d’Italie qu’il a lui-même sélectionnés, élevés et mis en bouteille, et inspirés de ses recherches sur des familles aromatiques. L’étiquette des bouteilles sera une autre facette de l’image peaufinée par l’équipe de Sid Lee.

FC: Ce projet était sur la table quand j’ai approché Sid Lee, mais je n’y allais pas pour ça. Je ne voulais même pas qu’ils y touchent! Le principe est que pour élaborer ces vins, ma science me permet de passer par «la porte d’en arrière ». Par exemple, si je désire qu’un vin soit sur la piste aromatique de la pêche, la même que la noix de coco, le porc, le homard, je dois m’assurer que les molécules en question y soient bien présentes. Par mon nez d’abord, puis par la science, en laboratoire pour m’en assurer.

JK: Ce que nous avons travaillé, c’est l’axe de communication. Ce que vous verrez sur les bouteilles, personne n’a vu ca. C’est une approche nouvelle dans le vin.

Le travail accompli pour Papilles et Molécules était un élément clé du processus. Mais ça n’est pas le processus qui est important. C’est la sensation que le consommateur ressent en vivant l’expérience Chartier. C’est sur ça que nous nous sommes concentrés.

Ce que fait Chartier, c’est une exploration qui ouvre à un nouveau mode où il n’y a plus de frontière, de nationalité, de langue. Il n’y a que des ingrédients connectés par une structure moléculaire. II redéfinit l’expérience de manger et de boire comme personne avant lui. Pour nous, c’est créateur d’harmonies, et c’est le seul à le faire.

La collection des vins Chartier sera offerte dans les succursales de la Société des alcools du Québec à partir du 3 octobre prochain.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *