Paris des Chefs: première partie

Paris des Chefs est un festival parisien qui réunit sur scène des chefs et des créateurs venus de tous les horizons. Et il y en avait effectivement de toutes les sortes dans cette troisième édition. Contrairement aux précédentes, elle avait lieu en plein cœur de Paris plutôt qu’au mégasalon Maison & Objet.
Ce déménagement mettait en évidence la volonté des promoteurs de se rapprocher du grand public et de faire de cette manifestation un incontournable dans l’itinéraire du foodie parisien.
Le point fort de Paris des Chefs? Favoriser la rencontre de créateurs issus de divers univers, puis faire jaillir l’étincelle de la créativité sur scène en croisant les disciplines.
Le point faible? Le manque de préparation de certains duos, les rendez-vous ratés, l’absence de contenu ou de mise en contexte.

Voici en deux parties, un résumé de ces présentations. Le troisième jour n’y figure pas, car nous étions déjà dans l’avion vers Montréal.

Jour 1

Alex Atala

Alex Atala (chef) et les frères Campana (designers)
L’affiche était prometteuse, le résultat décevant. La démonstration consistait en un atelier modelage avec du caramel filé, une guimauve à la brésilienne. Heureusement que les trois Brésiliens sont beaux et sympas, ça aidait à faire passer le temps.

Gene Tagaban et Blaine Wetzel

Blaine Wetzel (chef) et Gene Tagaban (artiste)
Une vraie découverte : un très jeune chef (25 ans) aux fourneaux d’une maison ancestrale située dans une île au nord de Seattle. Avec lui, un musicien-danseur-conteur de la même région transmet les rites et histoires de son peuple. Comme ça à froid sur la scène du Palais de la Mutualité, un Indien qui danse avec une coiffe et des plumes,  ça semble déplacé et incongru. Mais ce fut une présentation pleine de sens où la cuisine du chef, par ses ingrédients locaux et sauvages, répondait de façon intuitive et inconsciente aux coutumes et habitudes des autochtones de la région.

Francisco Javier Vega Ortega, Albert Adria et Ester Luesma Maymo

Albert Adria (chef) ainsi qu’Ester Luesma Maymo  et Francisco Javier Vega Ortega (designers)
Le frère de Ferran présentait le travail des créateurs de Luesma Vega pour les plats et assiettes du bar à tapas Tickets et du bar à cocktails 41˚.
Instructif, car il s’agit ici d’une réelle collaboration qui trouve une véritable application.

Julie Andrieu, Thomas Jumin et Bertrand Grébaut

Bertrand Grébaut (chef) et Thomas Jumin (graphiste et vidéaste)
Ça manquait cruellement de visuels pour ces deux amis qui se sont rencontrés dans une école de design graphique. L’un est finalement devenu un chef respecté, et le tout-Paris se précipite dans son restaurant Septime. L’autre a déjà derrière lui une très belle carrière de graphiste et vidéaste. Mais aucune image de son travail n’était proposée pour illustrer ses dires. Heureusement que les assiettes de Grébaut étaient éloquentes. Moment fort : la présentation au public de l’énorme cœur de cheval qu’il avait cuisiné.

Le public mange les oeuvres

Enrico Crippa (chef) et Valerio Berruti (peintre et sculpteur)
Deux grands talents réunis ne font pas forcément une bonne présentation. Après l’atelier pâte à modeler des Brésiliens, ce fut l’atelier peinture sur bas-relief des Italiens.
À partir de plaques moulées constituées de diverses recettes propres au terroir piémontais, des tablettes d’aliments compressées et pas forcément ragoûtantes, le peintre réalisait des symboles colorés à partir de matières comestibles : encre de seiche, safran, etc.
Le résultat fut donné en pâture au public…

Share on Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>